L’écureuil

Ma mère a hurlé. J’ai accouru.

Dans la salle de bain, il y avait mon chat.

Assis. Nous regardant avec un air fièrement idiot.

À côté de lui, un corps inerte.

Étendu sur le tapis de bain blanc.

Sans une égratignure.

L’air endormi. Juste endormi.

Un écureuil.

J’ai posé mon index sur sa cage thoracique, et j’ai attendu.

Mais son cœur ne battait plus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s